abriter


abriter

abriter [ abrite ] v. tr. <conjug. : 1>
• h. 1489, repris XVIIIe; de abri
I
1Mettre à l'abri. Abriter qqn sous son parapluie.
2Protéger, en parlant d'un abri. Un grand parasol qui abrite du soleil. garantir.
3Recevoir (des occupants), en parlant d'une maison. héberger, loger. Hôtel qui peut abriter deux cents personnes. Ce local abrite les services commerciaux, leur est affecté.
II ♦ S'ABRITER v. pron.
1Se mettre à l'abri (des intempéries, du danger). S'abriter du vent, de la pluie. « Elle avait une main sur les yeux pour s'abriter du soleil » (L. Daudet). se préserver, se protéger. Absolt S'abriter sous un arbre, derrière un arbre. Abritons-nous quelques instants.
2Fig. S'abriter derrière qqn : faire assumer par une personne plus puissante une responsabilité, une initiative qu'elle a partagée. S'abriter derrière la loi, être couvert par elle.
⊗ CONTR. Découvrir, exposer.

abriter verbe transitif (de abri) Mettre quelqu'un, quelque chose à l'abri de quelque chose ; protéger : Abriter un passant de la pluie. Avoir des personnes pour occupants en parlant d'une maison ; loger : Immeuble qui abrite dix familles.abriter (synonymes) verbe transitif (de abri) Mettre quelqu'un, quelque chose à l'abri de quelque chose ; protéger
Synonymes :
- préserver
- protéger
Contraires :
- exposer à
Avoir des personnes pour occupants en parlant d'une maison ; loger
Synonymes :
- donner asile
- héberger

abriter
v.
rI./r v. tr.
d1./d Mettre à l'abri, protéger par un abri. Abriter les cultures du vent au moyen d'un paillasson. Garage qui abrite une voiture.
d2./d Servir d'habitation à. Cette maison abrite de nombreux locataires.
rII./r v. Pron. Se mettre à l'abri (des intempéries, du danger). S'abriter sous un arbre.
|| Fig. S'abriter derrière la loi: éluder une obligation morale, une responsabilité, en mettant à profit des dispositions légales favorables.
S'abriter derrière qqn, se retrancher derrière sa responsabilité.

⇒ABRITER, verbe trans.
I.— Emploi trans. [Le suj. et le compl. sont indifféremment une pers. ou un obj.] Mettre à l'abri.
A.— La protection est naturelle ou du moins matérielle :
1. J'ai éprouvé cela [l'apaisement] vingt fois en débarquant, même pour quelques heures, sur une côte inconnue et déserte : un rocher qui vous garantit du vent; un arbuste qui vous abrite de son tronc ou de son ombre; un rayon de soleil qui chauffe le sable où vous êtes assis; ...
A. DE LAMARTINE, Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-33) ou Notes d'un voyage, t. 2, 1835, p. 352.
2. Serrée contre l'Eurasie, d'un côté, l'Indo-Afrique de l'autre, comme entre les deux mâchoires d'un étau, cette dépression a toujours abrité des synclinaux ...
A. DE LAPPARENT, Abrégé de géologie, 1886, p. 406.
3. Les germes (...) cachés dans les organismes qui les abritent.
E. PERRIER, Traité de zoologie, 1893, p. 46.
Rem. Dans les ex. 2 et 3, abriter est utilisé, par affaiblissement de sens, comme équivalent plus élégant et plus expr. de contenir ou de avoir.
B.— L'abri est un lieu (au sens propre); mais il apporte une protection plutôt morale :
4. ... [je] m'abandonnai, les yeux fermés, aux enchantements de ma mémoire. Il était, quelque part, un parc chargé de sapins noirs et de tilleuls, et une vieille maison que j'aimais. Peu importait qu'elle fût éloignée ou proche, qu'elle ne pût ni me réchauffer dans ma chair, ni m'abriter, réduite ici au rôle de songe : il suffisait qu'elle existât pour remplir ma nuit de sa présence.
A. DE SAINT-EXUPÉRY, Terre des hommes, 1939, p. 178.
Rem. Dans l'ex. suiv., abriter est l'équivalent expr. de avoir (sup. ex. 2, 3); il est empl. par iron. :
5. [madame Chanteau] :
— (...) si tu n'avais pas été malade, nous serions peut-être millionnaires.
Chaque fois que l'amertume de sa femme débordait ainsi, il baissait la tête, gêné et honteux d'abriter dans ses os l'ennemie de la famille [la goutte].
É. ZOLA, La Joie de vivre, 1884, p. 823.
C.— La protection est d'ordre moral (l'abri offert — ou qui s'offre — n'est pas un lieu réel, mais une abstraction, une personne...) :
6. Décidément je crois qu'il est prudent de se garer un peu d'Asseline : il a contre lui tous les jaloux de la fortune. Nous ne pouvons pas le sauver, ni l'abriter contre tout le monde.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, juill. 1857, p. 377.
II.— Emploi pronom. S'abriter. Se mettre à l'abri.
A.— Protection naturelle, matérielle :
7. ... quoiqu'à la rigueur un homme pût vivre en n'ayant que des racines pour se nourrir, une peau pour se vêtir et une hutte pour s'abriter, néanmoins, dans l'état actuel de nos sociétés, on ne peut pas, dans nos climats, considérer comme des superfluités du pain et de la viande, un habit d'étoffe de laine et le logement dans une maison.
J.-B. SAY, Traité d'économie politique, 1832, p. 457.
8. A cette heure des crépuscules d'hiver, où on sent plus particulièrement le besoin d'avoir un gîte, de rentrer près d'un feu, de s'abriter pour dormir, — nous n'avions rien, nous, ...
P. LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 79.
9. Parmi les bateaux qui s'abritaient à la tempête dans le port de Calais se trouvait, hier, le chalutier Hinders, de l'Institut d'études maritimes d'Ostende, ...
Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 1, col. 5.
Rem. Dans l'ex. 9, la constr. en apparence exceptionnelle du verbe abriter (+ à, au lieu de contre ou de) s'explique sans doute par croisement avec à « au moment de » dans le lang. hâtif du reportage de presse.
B.— Protection morale :
10. Rien de ce qui s'agite ici-bas ne me tente;
Je ne veux pas dresser à tout ce vent ma tente,
Je ne veux pas salir mes pieds dans ces chemins
Où s'embourbe en marchant ce troupeau des humains;
J'aime mieux, m'écartant des routes de la terre,
Suivre dès le matin mon sentier solitaire.
J'aime mieux m'abriter sous le mur du saint lieu
Et dès le premier pas me reposer en Dieu.
A. DE LAMARTINE, Jocelyn, 1836, p. 582.
11. Notez que la providence — (...) — a voulu que cette belle restauration de l'art se fît entre le théâtre des mauvais bergers et le théâtre des deux gosses (...). Ainsi, il y a un chef-d'œuvre de plus au monde. Réjouissons-nous. Reposons-nous. Flânons. Allons de théâtre à théâtre écouter les dernières niaiseries : nous sommes tranquilles. Quand il nous plaira, nous retrouverons le chef-d'œuvre. On peut s'y appuyer, s'y abriter, s'y sauver des autres et de soi-même.
J. RENARD, Journal, 1897, p. 451.
Rem. gén. Abriter ou s'abriter se construisent fréquemment sans compl. de lieu. Lorsqu'un tel compl. est exprimé, il est introd. par les prép. sous (ex. 10), dans (ex. 5), à (ex. 9). L'adv. pron. pers. est y (ex. 11), auquel correspond l'adv. rel. où :
12. Si j'étais petit oiseau
J'irais chanter près de lui.
Puis j'irais jusqu'où s'abrite
Quelque famille proscrite ...
P. BÉRANGER, Chansons, Si j'étais petit oiseau, t. 2, 1829, p. 113.
Les intempéries ou le danger menaçants sont introd. par les prép. contre (ex. 6), de :
13. Indépendamment de ces soins, il est important que le jardinier surveille chaque jour ses arbrisseaux, qu'il les nettoie des feuilles mortes et des insectes qui pourraient leur nuire, qu'il rogne les pousses trop vigoureuses, qu'il les abrite du froid, de l'extrême chaleur, de la sécheresse, de la trop grande humidité ...
Voyage de La Pérouse, t. 1, 1797, p. 231.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'abrite []. Enq. ://. Conjug. parler. 2. Dér. et composés. : abri, abri (-vent, etc.), abritement, abrité abriteux (-euse, dial.).
Étymol. — 1. 1489 pronom. « se protéger » (ROBERT GAGUIN, Passe-temps d'oysiveté, Anc. Poés. fr., VII, 242 ds Delboulle, R. Hist. litt. Fr., I, 181 : Furon suit aprés le connin Le lyon contre l'ours s'abrite Et triacle het le venin); 2. 1751 trans. terme hortic. (Encyclop. : Abriter, v. a. c'est porter à l'ombre une plante mise dans un pot, dans une caisse pour lui ôter le trop de soleil. On peut encore abriter une planche entière, en la couvrant d'une toile ou d'un paillasson, ce qui s'appelle proprement couvrir).
Dér. de abri.
HIST. — Attest. isolée au XVe s. (cf. étymol.), où le mot semble être un néol. (la forme usuelle est alors abrier, cf. ce mot, hist.) sans aucun succès puisqu'il n'est entré réellement dans la lang. qu'au XVIIIe s. (1re attest. ds Ac. 1740). Il apparaît d'abord comme terme techn. d'hortic. et sous la forme partic. abrité :Terme de Jardinage. Qui est à l'abri. Un espalier bien abrité. (Ac. 1740). C'est la même chose qu'abrier qui est moins en usage. (Trév. 1771). Il est curieux de constater que le verbe, passé à la fin du XVIIIe s. dans la lang. cour. (cf. inf.) a perdu de sa vitalité comme terme techn. d'hortic. et a été remplacé dans ce sens par le verbe abrier, déjà inusité au sens gén. mais vivant dans la lang. techn. Au XVIIIe s. il est de même attesté dans le vocab. de la mar. « mettre à l'abri, garantir des effets du vent et de la mer » où il subsiste : L'Encyclopédie (1783) l'admit comme synonyme d'Abreyer. L'Escallier (1777) écrit : Abrier, qui vaut mieux qu'Abreyer et surtout qu'Abriter, qui a prévalu. (JAL 1848). À la fin du XVIIIe s. enfin, il apparaît dans la lexicogr. comme terme gén. (Ac. 1798); il subsiste dans ce sens (cf. sém.). — Rem. La forme s'abriter, attestée au XVe s., ne reparaît dans la lexicogr. qu'à partir de Ac. 1835; elle subsiste (cf. sém.).
STAT. — Fréq. abs. litt. :1 045. Fréq. rel. :XIXe s. : a) 921, b) 1 579; XXe s. : a) 1 844, b) 1 701.
BBG. — JAL 1848. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.

abriter [abʀite] v. tr.
ÉTYM. 1489, attestation isolée; 1740, abrité, t. d'hortic.; de abri.
1 Mettre à l'abri. || Abriter qqn contre qqch. Garantir, préserver, protéger. || Il l'a abrité de la pluie, sous, avec son parapluie. || Abriter qqch. de…, contre.
2 (Le sujet désigne un abri). Protéger. Protéger; cacher, couvrir. || Abriter sous son ombre. Obombrer (Littér.). || L'auvent est trop petit pour vous abriter du soleil.
1 Le port artificiel abritait devant lui d'innombrables navires aux sombres carènes (…)
France, Thaïs, p. 52.
(Le sujet désigne un lieu). Recevoir, être capable de recevoir (des occupants). Héberger, loger; → Donner asile, donner l'hospitalité à… || Cet immeuble abrite trente familles, cent personnes.Ce garage peut abriter vingt voitures. Garer.Ce local abrite les services commerciaux, leur est affecté.
3 Littér. Dissimuler (ses sentiments).
2 C'est une espèce de philosophe silencieux comme les solitaires, abritant sa méfiance de paysan sous d'épais sourcils en broussailles.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, p. 246.
——————
s'abriter v. pron.
1 Se mettre à l'abri (des intempéries, du danger). Garantir (se), préserver (se), protéger (se). || S'abriter du vent, de la pluie sous, derrière qqch.
3 Le bateau (…) était une vieille embarcation de la douane, à demi-pontée, où l'on n'avait pour s'abriter du vent, des lames, de la pluie, qu'un petit rouf goudronné, à peine assez large pour tenir une table et deux couchettes.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, p. 96.
4 Elle avait une main sur les yeux, pour s'abriter du soleil de midi (…)
Léon Daudet, la Femme et l'Amour, p. 24.
Absolt. || S'abriter sous un arbre. Cacher (se).
5 L'homme, par les soirs pluvieux d'octobre et de novembre, éprouve surtout l'instinctif désir de s'abriter au gîte (…)
Loti, Ramuntcho, p. 5.
2 Fig. || S'abriter derrière qqn : faire assumer par une personne plus puissante une responsabilité, une initiative qu'elle a partagée. || S'abriter derrière la loi : mettre en avant des arguments purement juridiques, formels, pour éviter d'assumer une responsabilité.
——————
abrité, ée p. p. adj.
1 Qui est à l'abri des intempéries (lieux). || Une terrasse bien abritée. || Port abrité; rade bien abritée (s'oppose à forain).
2 (Êtres vivants). Qui est à l'abri (au propre et au figuré).
6 Abrité par les roseaux, le chasseur guette les canards du fond de sa barque (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, p. 241.
Par ext. || Une existence abritée (du danger).
7 Ce que mon âge trop tendre, ma trop courte expérience et une vie abritée m'empêchèrent de voir, c'est la fortune et ses coups.
France, la Vie en fleur, p. 241.
CONTR. Découvrir, exposer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abriter — vt. ABRITÂ (Aix.017, Albanais.001, Annecy.003, Gruffy.014, Saxel.002, Thônes.004, Villards Thônes.028), R.6 Avril. E. : Pleuvoir. A1) s abriter : S ABRITÂ vp. (001,002,028), R.6. A2) abriter, mettre à l abri de la abriter pluie /// neige ///… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • abriter — (a bri té) 1°   V. a. Mettre à l abri. Abriter les arbres à fruit. Ce mur abrite le plant de salade. Un rocher élevé abrite les navires contre le vent du large. •   Pourtant je m étais dit : Abritons mon navire ; Ne livrons plus ma voile au vent… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABRITER — v. a. Mettre à l abri. Abriter un espalier. Cette maison est abritée par une montagne.   Il s emploie avec le pronom personnel. S abriter derrière un mur. Voici l orage, abritons nous. Dans les siéges, on fait des fossés, des épaulements, pour s… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABRITER — v. tr. Mettre à l’abri. Abriter un espalier. Cette maison est abritée par une montagne. S’abriter derrière un mur. Voici l’orage, abritons nous. Dans les sièges, on fait des fossés, des épaulements, pour s’abriter contre le canon …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abriter — (v. 1) Présent : abrite, abrites, abrite, abritons, abritez, abritent ; Futur : abriterai, abriteras, abritera, abriterons, abriterez, abriteront ; Passé : abritai, abritas, abrita, abritâmes, abritâtes, abritèrent ; Imparfait : abritais,… …   French Morphology and Phonetics

  • s'abriter — ● s abriter verbe pronominal Se mettre à l abri, se protéger de quelque chose : S abriter du vent derrière un mur. Se mettre à l abri derrière quelqu un, une loi, un règlement ; se couvrir de leur autorité : Il s abrite derrière son chef de… …   Encyclopédie Universelle

  • Se retrancher, s'abriter derrière quelqu'un, quelque chose — ● Se retrancher, s abriter derrière quelqu un, quelque chose les invoquer comme protection …   Encyclopédie Universelle

  • reiñ golo — abriter …   Dictionnaire Breton-Français

  • Hypothese de la Terre rare — Hypothèse de la Terre rare Les planètes pouvant abriter la vie comme la Terre sont elles rares ? En astronomie planétaire et en astrobiologie, l hypothèse de la Terre rare soutient que l émergence d une vie multicellulaire complexe (metazoa) …   Wikipédia en Français

  • Hypothèse De La Terre Rare — Les planètes pouvant abriter la vie comme la Terre sont elles rares ? En astronomie planétaire et en astrobiologie, l hypothèse de la Terre rare soutient que l émergence d une vie multicellulaire complexe (metazoa) sur Ter …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.